Vous êtes ici : EA 1337 - Configurations littéraires   >   CELAR   >   Enseignants-chercheurs du CELAR   >   Emmanuelle SEMPÈRE

Emmanuelle SEMPÈRE

 

Maître de conférences de littérature française du XVIIIe siècle

Bureau 510 (le Portique, 5e étage)

Adresse électronique : sempere@unistra.fr

Adresse administrative : Faculté des lettres, Le Portique, Université de Strasbourg, 14 rue Descartes, 67084 Strasbourg

 

Titres et diplômes

Agrégée de lettres modernes (1995).

Docteur ès-lettres (Paris III, 2006).

 

Domaines de recherche

  • Contes merveilleux et parodiques du 18e siècle
  • Fictions scientifiques (fin XVIIe-XVIIIe siècles)
  • Romans-mémoires et littérature sensible au XVIIIe siècle
  • Démonologie, sociétés secrètes, sorcellerie, diabolisme au XVIIIe siècle
  • Inspiration orientale dans la littérature française et francophone du XVIIIe siècle, de Galland à Beckford

 

Publications

1 - Ouvrage

De la merveille à l’inquiétude, le registre du fantastique dans la fiction narrative au XVIIIe siècle, Bordeaux, P.U.B., 2009, 611 pages.

Recensions :
I. Tremblay, @nalyses, vol. 4, n°3, 2009 ; Y. Citton, Dix-huitième siècle, n °42, 2010 ; C. Bahier-Porte, Féeries, 8, 2011 ; Anne E. Duggan, Marvels & Tales, 25, n° 1, 2011.

Édition scientifique (sous presse)

Les Bigarrures philosophiques, in : Œuvres complètes de Tiphaigne de La Roche, Jacques Marx et Yves Citton dirs., en collaboration avec Guilhem Armand, Paris, Classiques Garnier (manuscrit rendu au coordinateur, parution prévue en 2017).

Édition scientifique (en préparation)

L’infortuné Napolitain ou les aventures du signor Rozelli (1704-1721), en collaboration avec Erik Leborgne, Paris, Classiques Garnier (remise du manuscrit prévue début 2018).

 

2 - Direction d'ouvrages collectifs

 

  • (en préparation) Voir des fantômes, études réunies par Francesco D’Antonio, Catherine Schneider et Emmanuelle Sempère, éditions Kimé (à paraître en 2017 ou 2018).
  • (en préparation) L’univers sensible des contes, dossier coordonné par Christelle Bahier-Porte et Emmanuelle Sempère, Fééries. Études sur le conte merveilleux XVIIe-XIXe siècle, n° 15, 2018.

 

3 - Articles et communications publiées

  1. « Les êtres merveilleux au XVIIIe siècle entre apparition et manifestation : une forme d’empirisme littéraire ?», Étranges créatures : les être merveilleux dans la littérature et les arts de l’âge classique au postmodernisme, dir. A. Defrance et M. Poirson, Paris, Éditions Orizons, coll. « Comparaisons », à paraître en 2018.
  2. « Le merveilleux à l’épreuve des sens : une phénoménologie sous contraintes (fin xviie siècle-xviiie siècle) », Féeries [En ligne], 14 | 2017.
  3. « Le badinage au secours de l’épopée : Cazotte lecteur du Roland furieux dans Ollivier (1763) », La Fabrique du XVIe siècle au siècle des Lumières, dir. M. Méricam-Bourdet et C. Volpilhac-Auger, Paris, Classiques Garnier, coll. "Devenirs de la Renaissance" (à paraître)
  4.  « Les persifleurs moralistes : Moncrif, Duclos et Crébillon témoins de leur temps », Féeries, n°13, « Conte et morale(s) », dir. J. Mainil et J.-P. Sermain, Grenoble, Ellug, 2016, p. 117-130
  5. « Souterrains romanesques : science, imaginaire et anthropologie dans le Cleveland de Prévost et le Lamekis de Mouhy », T(r)OPICS, n°3, 2016, revue en ligne de l’EA DIRE, « Varia » (G. Armand, dir.), p. 249-264.
  6. « Savoirs scientifiques et imagination littéraire : les plantes sensibles de Tiphaigne de la Roche », Écrire les sciences, dir. M. Guédron et I. Laboulais, coll. « Études sur le 18e siècle », éd. de l’université de Bruxelles, 2015.
  7. « ‘Je tombai malade’ : dispositifs romanesques et questionnement éthique dans le roman-mémoires du XVIIIe siècle », Dix-huitième siècle, 47, 2015, p. 253-266
  8. « Le végétal chez Tiphaigne : image(s) ou modèle(s) ? », Charles Tiphaigne (de la Roche) et les ambivalences du merveilleux moderne, dir. Yves Citton, Presses Universitaires de Bordeaux, « Mirabilia », 2014, p. 211-230.
  9. « Les mortels badinages de L’Infortuné Napolitain (1704-1729) : une mélancolie rococo », Violences du rococo, dir. R. Démoris, J. Berchtold, C. Martin, Bordeaux, P. U. Bordeaux, 2012, p. 267-282.
  10. « Le surnaturel et ses correctifs : le fantastique « hésitant » de la fiction narrative, de Murat à Cazotte », La Partie et le tout, la composition du roman de l’âge baroque au tournant des Lumières, dir. M. Escola & J.-P. Sermain, « La République des Lettres », 46, Peeters, Louvain, 2011, p. 595-606.
  11. « Le diable en héritage, de Lesage à Cazotte (1707-1776) », Dix-huitième siècle, n°42, Paris, La Découverte, 2010, p. 655-671.
  12. « Du fantastique dans Lamekis ou les souterrains de la raison », Le chevalier de Mouhy : Bagarre et bigarrure, dir. J. Herman, K. Peeters et P. Pelckmans, « Faux titre », Rodopi, 2010, p. 169-180.
  13. « La fiction décomposée : Ollivier (1763) et ses fantômes », Visages de Cazotte, dir. Françoise Gevrey et Jean-Louis Haquette, EPURE, Reims, 2010, p. 163-180.
  14. « Je ne crois pas, mais quand même : le paradoxal travail du conte », préface au numéro « Conte et croyance », Féeries, n°10, 2009, p. 9-23
  15. « Tiphaigne de la Roche et la génération : savoir alchimique et alchimie du verbe dans Amilec ou la graine d’hommes (1753) », Féeries, n° 6, « Savoirs et conte », dir. A. Gaillard et J.-F. Perrin, Grenoble, Ellug, 2009, p.117-130.
  16.  « Le “double prix” de L’Histoire d’une Grecque Moderne : éléments pour une analyse de l’étrangeté du récit », Les Expériences romanesques de Prévost après 1740, dir. E. Leborgne (Paris-III), « La République des Lettres », 8, éditions Peeters, Louvain, Paris, 2003, p. 227-236.

4 - Editions parascolaires/vulgarisation

  • « Le Conte », revue TDC (Textes et Documents pour la classe), N°1045 - 1er décembre 2012 : suggestions de collaborateurs (M. Escola, A. Duprat, U. Heidmann) et propositions pour le sommaire ; rédaction de l’article introducteur (« S’il te plaît, raconte-moi une histoire », p. 8-13) et d’une étude sur Diderot (« l’art du détournement », p. 44-45).
  • Guy de Maupassant, La Main d’écorché et autres récits fantastiques, Paris, Classiques Bordas, 2004.
  • Jules Verne, Le Tour du Monde en quatre-vingts jours, Paris, Classiques Larousse, 2000.
  • Voltaire, Le Monde comme il va, Micromégas, Jeannot et Colin, Paris, Classiques Larousse, 2000.
  • Guy de Maupassant, Boule de Suif et autres nouvelles de guerre, Paris, Classiques Larousse, 1999.

5 - Conférences non publiées

  • « ‘Le borborygme d’un estomac qui souffre’ : le gastropéra du Neveu de Rameau », journées d'études « Allégories de Messer Gaster », org. B. Marquer (CERIEL), Strasbourg, 17 et 18 novembre 2016.
  • « Lire l’étrangeté », Lectures de René Démoris, org. E. Leborgne et C. Martin, Maison de la Recherche de Paris III, 28 octobre 2016
  • « Souterrains romanesques au XVIIIe siècle : le caché, le crypté et le monstrueux », journée d’étude du XVIIIe siècle, « Territoires des Lumières », dir. M. Guédron et I. Laboulais, Strasbourg, 20 nov. 2015.
  • « Le conte et ses genres (1690-1770) : mauvaises réponses et bonnes questions », séminaire de C. Velay-Vallantin, EHESS, Paris, 16 mars 2015.
  • « Tiphaigne et le végétal », séminaire « Représenter la nature », org. M. Guédron et I. Laboulais (ARCHE), Université de Strasbourg, 5 fév. 2015. 
  • « La déconstruction parodique du héros : l’exemple d’Ollivier de Jacques Cazotte (1763) », séminaire « Configurations et reconfigurations de l’héroïsme du Moyen Âge à la Révolution », org. B. Guion (CELAR), 11 décembre 2014, Strasbourg.
  • « Faux-monnayeurs et faux fantômes dans Ollivier de Jacques Cazotte », conférence dans le cadre du cycle « Voir des fantômes », dir. C. Schneider, F. D’Antonio, E. Sempère, 20 nov. 2014.
  • « L’ésotérisme et le surnaturel dans l’imaginaire des Lumières : une fausse contradiction », communication à la journée d’étude « L’Europe des imaginaires », org. D. Huck et C. Tournu (GEPE 1339), Université de Strasbourg, 20 mai 2014. 
  • « Désordres dans la lignée : le prince monstrueux entre science, merveille et politique », actes du séminaire « Représentations des origines, du Moyen Age à la Révolution », CELAR, dir. Béatrice Guion, Strasbourg, 3 nov. 2011 (à paraître).
  • « Parodie ou mysticisme : les multiples enjeux des Continuations des Mille et une Nuits au XVIIIe siècle », séminaire « Mille et une nuits », org. Anne Duprat et P. Moureau, Paris IV, oct. 2011 (conférence en ligne).
  • « Sous l’aile du bizarre : les unions monstrueuses après 1730 », communication à la journée d’études « L’époux monstrueux », org. N. Jasmin, Université de Strasbourg, mars 2010.
  • « Démonstration édifiante ou variation fantastique ? Le « crime de lèse-Arabie » de Jacques Cazotte dans la Suite des Mille et une nuits (1788-1789) », séminaire « Le conte dans l’espace méditerranéen du Moyen Age aux Lumières : l’argent, le troc, l’échange », dir. A. Duprat (Paris-IV Sorbonne), 4 avril 2008.
  • « Le XVIIIe siècle et l’écriture de l’inquiétude », cycle « Les Lumières revisitées », dir. G. Di Rosa, IUFM de Créteil, janvier et octobre 2008.
  • « De la métalepse comme procédé fantastique dans le Lamekis de Mouhy (1735-1737) », séminaire « La poétique des textes fictionnels », org. J.-P. Sermain (Cerlav-18, Paris-III) et M. Escola (Fabula, ENS), 9 mars 2007.

6 - Recensions

  • Sur : S. Catellin, Sérendipité. Du conte au concept, Paris, Seuil, coll. « Science ouverte », 2014, 265 p. Paru dans Féeries, 12, 2015, p. 172-177.
  • « Fascinantes machines : réflexions interdisciplinaires à partir de l’œuvre de Vaucanson », Acta fabula, vol. 15, n°1, Notes de lecture, Janvier 2014, sur : L’Automate. Modèle, Métaphore, Machine, Merveille, dir. A. Gaillard, J.-Y. Goffi, B. Roukhomovsky et S. Roux, Pessac : Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « Mirabilia », 2013, 508 p.
  • Sur : P. Eichel-Lojkine, contes en réseaux, l’émergence du conte sur la scène européenne, Droz, 2013, 457 p. Paru dans Féeries, 11, 2014, p. 259-265.
  • « L’Inde, terre du syncrétisme », Acta fabula, vol. 14, n° 1, Notes de lecture, Janvier 2013, sur : Madhu Benoit, Sir William Jones et la représentation de l’Inde, Grenoble : Ellug, 2011, 280 p.
  • Sur : Jacques Cazotte, La Suite des Mille et Une Nuits, édition critique établie par Raymonde Robert, Paris, Champion, « Bibliothèque des Génies et des Fées, no 10 », 1007 p., 2012. Paru dans Féeries, 10, 2013, p. 280-286.
  • « Au pays de la « sagacité accidentelle » », Acta fabula, vol. 13, n° 5, Editions, rééditions, traductions, Mai-Juin 2012, sur : Louis de Mailly, Les Aventures des trois princes de Serendip, suivi de « Voyage en Sérendipité », édition d’Aude Volpilhac, commentaires d’Aude Volpilhac, Dominique Goy-Blanquet & Marie-Anne Paveau, Vincennes : Éditions Thierry Marchaisse, 2011, 247 p.
  • Sur : Jean-Paul Sermain, Les Mille et Une Nuits entre Orient et Occident, Desjonquères, Paris, 2009. Paru dans Féeries, 9, 2012, p. 282-289.
  • Sur : Des belles et des bêtes. Anthologie de fiancés animaux et L’Aile bleue des contes : l’oiseau, Paris, José Corti, 2003 et 2009. Anthologies éditées et commentées par Fabienne Raphoz. Paru dans Féeries, 9, 2012, p. 291-297.
  • Sur : Ulrike Krampl, Les Secrets des faux sorciers. Police, magie et escroquerie à Paris au XVIIIe siècle, EHESS éditions, 2011, avec une préface d’Arlette Farge, 302 pages. (ISBN 978-2-7132-2322-8). Paru dans Lumières, n°19, 2012, p. 215-219.
  • Sur : Les Scènes de l’enchantement, arts du spectacle, théâtralité et conte merveilleux (XVIIe-XIXe siècles), sous la direction de Martial Poirson et Jean-François Perrin, Paris, Desjonquères, coll. « L’Esprit des Lettres », 2011. Paru dans Féeries, 8, 2011, p. 222-229.


Enregistrer

Enregistrer

Autres activités

Responsabilités administratives et éditoriales

Responsable pédagogique des stages des étudiants de la Faculté des Lettres.

Membre du comité de rédaction de la revue Féeries, publiée par l’UMR « Lire », n°5611 (Université Stendhal-Grenoble 3).

Co-responsable du projet interdisciplinaire « Voir des fantômes » (mars 2013-oct. 2015), avec F. D’Antonio (CHER, EA4376) et C. Schneider (CARRA, EA3094) : cycle de conférences en 2013-2015 et colloque les 14-16 octobre 2015 à Strasbourg.

Membre adhérent de la SFEDS.