Vous êtes ici : EA 1337 - Configurations littéraires   >   CERIEL   >   Archives du CERIEL   >   Archives des publications 2001-2011

Archives des publications 2001-2011



Emmanuelle Rousselot, Ostinato de Louis-René des Forêts, l'écriture comme lutte, L'Harmattan, 2010.

Au commencement était la lutte. Placer l'écriture de Louis-René des Forêts sous le signe de la lutte n'est pas le fruit d'une vérité théorique mais le résultat d'une confrontation de plusieurs années avec les textes. Une vérité de parole s'en est dégagée, vérité d'expérience, celle donnée par un homme, à la fin de sa vie, en un passage de siècle et de millénaire, sous une forme inachevée et fragmentée. Ce livre propose au lecteur d'entrer dans les flots héraclitéens de l'écriture desforestienne. L'œuvre entière de l'auteur est convoquée autour d'Ostinato, ce coeur battant qui compte "au nombre des plus beaux livres de la seconde moitié de ce siècle".

Pour commander le volume




Recherches croisées Aragon/Elsa Triolet numéro 12, volume coordonné par Corinne Grenouillet  (dossier « Actualités d’Aragon » coordonné par Maryse Vassevière ; dossier « Aragon/George Besson » coordonné par Marianne Delranc-Gaudric), Presses Universitaires de Strasbourg, 2009, 288 p.

Ce douzième numéro des Recherches croisées Aragon/Elsa Triolet, série publiée par l’ÉRITA comporte les actes d’une journée d’études organisée par Maryse Vassevière à l’Université de Paris III (« Actualités d’Aragon ») : des écrivains d’aujourd'hui, fils spirituels d’Aragon, témoignent du lien qui les unit à l’homme et à l’œuvre. Les témoignages, parfois très critiques, de ceux qui ont rencontré Aragon au début de leur carrière (Bernard Vargaftig, Marc Delouze) sont complétés par l’analyse toute personnelle de Philippe Forest : il fait l’éloge du sentimentalisme et d’une forme de féminisme aragoniens. Trois articles mettent en lumière une filiation assumée ou partiellement rejetée par des écrivains contemporains (Milan Kundera, Jacques Henric, Jacques Roubaud)
Le « Dossier Elsa Triolet » s’intéresse au reportage singulier qu’Elsa Triolet réalisa du procès de Nuremberg et revient sur la réception polémique de son roman Les Manigances (1962) dans les rangs communistes.
Le « Dossier Aragon » réunit plusieurs études, consacrées notamment à l’histoire de la traduction et de l’adaptation des Voyageurs de l’Impériale aux Etats-Unis (Agnès Whitfield), et à l’histoire des relations entre Aragon et Pierre Brisson du Figaro littéraire (Claire Blandin). Jean-François Gagey s’intéresse à l’écriture complexe de l’histoire dans La Mise à mort.
Le « Dossier Aragon/George Besson » présente les relations d’amitiés et la passion commune pour la peinture qui ont uni pendant 40 ans l’écrivain et George Besson, collectionneur, critique d’art et collaborateur aux Lettres françaises. Une correspondance conservée à Besançon, pour une large part inédite, constituée de 14 lettres échangées entre les deux hommes est ici présentée et annotée par Marianne Delranc-Gaudric. Chantal Duverget retrace la vie et l’œuvre de ce franc-comtois d’origine qui a fréquenté les plus grands peintres du XXe siècle.

Pour commander le livre aux PUS

Résumés des articles par ordre alphabétique d'auteurs ci-dessous :

Michel Apel-Muller, « Retour sur Les Manigances après quarante-cinq ans »
Michel Apel-Muller revient ici sur Les Manigances dont il avait rendu compte, au moment de leur publication, dans la revue La Nouvelle critique (juillet 1962) et en reprend la lecture, tenant compte de leur réception en 1962, tout particulièrement de la polémique qui opposa Elsa Triolet à André Stil dans Les Lettres françaises et dans L’Humanité. Elsa Triolet accueillit en effet avec une très grande sévérité l’article que Stil lui consacra dans L’Humanité et répondit férocement à ses remarques. C’est que « la question du bonheur » présente alors dans les préoccupations d’Elsa remettait en question le réalisme socialiste comme fondement d’une politique culturelle « cette machine de guerre en état de marche, huilée, astiquée, prête à sortir du garage et nous passer sur le corps » : Les Manigances s’inscrivent alors comme le prolongement d’une « affaire » (Aragon), celle du Monument dont Elsa eut à souffrir en 1957. Du même coup ce livre apparaît comme un moment historique essentiel de la création chez Elsa Triolet, ainsi que semble le souligner son classement dans le premier tome des ORC, Les Manigances revendiquant une entière liberté de création qui annonce les thèses contenues dans le Discours de Prague d’Aragon. La thématique romanesque s’en trouve du coup réorientée et sa place dans l’histoire des idées renouvelée.

Daniel Bougnoux, « Aragon et les fins du roman »
Les « fins du roman » s’entendent ici en trois sens : la question de la finalité, qui recoupe donc celle de la définition d’un genre problématique ; la question de l’achèvement ou du « desinit » ; et, dans l’économie générale de l’œuvre, la place ou l’interprétation des romans de la fin : où commence exactement la « troisième période » d’Aragon et comment la caractériser ? On convoque tour à tour, pour aborder brièvement ces points, les notions d’immanence ou d’insubordination du genre romanesque, la perte d’identité et le brouillage abyssal du sujet, ou la pluralité des mondes qui rejoint le carnaval cher à Bakhtine. L’inachevé, autre catégorie majeure de l’esthétique aragonienne, renvoie à l’incomplétude cognitive du sujet historique, qui exige d’être développé, tout comme l’exige la phrase-incipit ouverte sur son avenir. Le brouillage de cet avenir dans La Semaine sainte, puis son effondrement catastrophique dans Le Fou d’Elsa, font tout le drame des écrits « anhistoriques » de la troisième période.

Marianne Delranc-Gaudric, « La Valse des juges » : Elsa Triolet au procès de Nuremberg
Elsa Triolet publie dans Les Lettres françaises des 7 et 14 juin 1946 un article intitulé « La Valse des juges », reportage sur le procès de Nuremberg auquel elle a assisté comme journaliste en mai 1946. Compte-rendu fidèle de l’interrogatoire de Baldur von Schirach (chef de la jeunesse hitlérienne, puis gauleiter de Vienne), mais aussi montage savant mettant en valeur Jacques Decour, intellectuel résistant, le reportage sort du cadre du Tribunal : la narra¬rice, laissant le hasard guider ses pas dans Nuremberg en ruines, éclaire la séance du procès par l’observation de ce qui se passe à l’extérieur ; le reportage se transforme en enquête, en témoignage sur l’Allemagne d’après-guerre, et exprime le pessimisme de l’auteur quant à une remontée possible du nazisme et à l’efficacité du procès.

Marianne Delranc-Gaudric, « Correspondance inédite Aragon-George Besson »
Cette correspondance se compose de neuf lettres d’Aragon et de sept lettres de George Besson, couvrant, de façon discontinue, une longue période allant de la fin de 1940 au début de l’année 1970. Dans ses quatre premières lettres, écrites de 1940 à 1942, Aragon raconte avec précision sa « drôle de guerre », évoque son séjour à Nice et demande ou donne des nouvelles de certains de ses amis, dont Pierre Seghers et Léon Moussinac, avec lesquels il organise la résistance littéraire en zone sud. La lettre du 30 juillet 1942 comporte un manuscrit du poème « Art poétique », dont on ne connaît pas d’autre exemplaire et qui permet d’en rétablir le texte exact. Elles témoignent aussi de l’intérêt d’Aragon pour Matisse, qui le mènera plus tard à écrire Henri Matisse, roman. La connivence d’Aragon et de George Besson est à la fois politique et artistique. Ils participent tous deux au jury du prix Fénéon, pour lequel ils se concertent. En 1953 apparaît entre eux une divergence, Aragon prenant parti dans Les Lettres françaises pour Bernard Buffet, que George Besson considère comme une sorte d’imposteur. Les choix picturaux de George Besson vont ensuite s’écarter de ceux des critiques des Lettres françaises, au point qu’il envoie à Aragon une lettre de démission le 25 juin 1969. Mais cela ne brisera pas leur amitié, comme en témoignent les deux dernières lettres de cette correspondance.

Claire Blandin, « Aragon sur les listes noires de Pierre Brisson ? »
Critique littéraire de formation, Pierre Brisson parvient à la tête du Figaro au milieu des années 1930. Il y attire une équipe d’écrivains et d’hommes de lettres qui défendent une littérature dégagée des questions de son temps. Anti-communiste convaincu, Brisson maintient également la ligne politique du grand quotidien de la bourgeoisie française. Les pages littéraires du Figaro pratiquent donc l’attaque systématique contre la littérature de l’engagé Louis Aragon. Après la Libération, les modalités de l’épuration dans le monde des lettres concentrent les divergences entre les deux hommes. Dans la correspondance et les articles, les attaques personnelles se multiplient. Elles se développent encore avec la guerre froide et les divergences de diagnostic des deux hommes sur le destin des pays communistes d’Europe de l’Est. Il faut attendre la mort de Pierre Brisson au milieu des années 1960 pour que l’œuvre d’Aragon pénètre les colonnes du Figaro littéraire.

Chantal Duverget, « George Besson, critique d’art et collectionneur (1882-1971) »
Fils d’un fabricant de pipes de Saint-Claude (Jura), Georges-François-Noël Besson vint à Paris en 1905. Photographe de talent, il rencontra Edward Steichen. En 1908, il commanda à Van Dongen le portrait d’Adèle, sa femme. Pour décorer son appartement, il fit réaliser par Bonnard La Place Clichy, en 1912 et Le Café du Petit Poucet, en 1928. Il se lia avec Francis Jourdain, Albert Marquet, Marcel Sembat, Marcel Cachin et Paul Signac dont il devint l’exécuteur testamentaire en 1935. Avec Jourdain, il fonda la revue Les Cahiers d’aujourd’hui, qui parut de 1912 à 1914, puis de 1920 à 1924. Matisse fit, en 1917 et 1918, deux versions de son portrait. Le 21 janvier 1918, Renoir réalisa celui d’Adèle. Directeur artistique des Éditions Crès de 1925 à 1932, il exerça les mêmes fonctions pour les Éditions Braun et Cie de 1932 à 1957. Membre du Parti socialiste SFIO depuis 1912, il adhéra au Parti communiste lors du Front populaire. Durant l’entre-deux-guerres, sous le pseudonyme George Besson, il écrivit dans Commune, ainsi que dans Ce Soir et L’Humanité auxquels il collabora aussi après 1945. De 1949 à 1969, il fut surtout le chroniqueur artistique de l’hebdomadaire Les Lettres Françaises, dirigé par Aragon. Le 27 juin 1963, George et Adèle Besson firent donation de leur collection qui se trouve maintenant au Musée de Besançon (Doubs) et au Musée de Bagnols-sur-Cèze (Gard). George Besson décéda à Paris le 20 juin 1971. La collection Besson reflète la vision du monde d’un critique engagé dont la devise fut : « Pour l’art, pour le peuple ».

Chantal Duverget, « Besson – Aragon, une amitié politique et artistique (1935-1969) »
Dans les années 1934-36, George Besson s’implique dans l’Association des Écrivains et Artistes Révolutionnaires (AÉAR). Lors de la constitution de la Maison de la Culture, rue de Navarin, le secrétaire général, Aragon, le charge d’organiser une exposition Courbet qui a lieu en juin 1936.
En avril 1935, Aragon avait écrit dans Commune le texte le plus caractéristique sur le réalisme socialiste, rejoignant Besson dans la préférence au réalisme de Courbet. Aragon devient en octobre secrétaire de rédaction de Commune et invite George Besson à y écrire de mars 1936 à juillet 1939. Dans Commune d’août 1936, Besson rendra compte des débats sur la querelle du réalisme organisés à la Maison de la Culture.
Son engagement public vaut à George Besson d’être sollicité pour écrire dans des publications liées au Parti communiste. Jusqu’en juillet 1939, ce sont au total quatre-vingt-treize articles qu’il écrira dans L’Humanité. Tout en menant de front une carrière d’éditeur et de journaliste, George Besson est présent dans les instances politiques du parti, aux côtés de son ami Marcel Cachin.
Dès l’entrée en guerre, George Besson s’était réfugié à Saint-Claude. Là, il reçoit le 20 décembre 1940 une longue lettre d’Aragon démobilisé qui lui raconte « sa » guerre et ses projets.
Sollicité par Francis Jourdain, George Besson deviendra membre du CNÉ (Comité National des Écrivains) en 1946 et le restera jusqu’en 1950. Par Aragon, George Besson est introduit dans la Société Fénéon qui récompense chaque année des artistes ou écrivains français de moins de trente-cinq ans.
Aragon l’appelle encore à ses côtés lorsqu’il redevient en 1945 codirecteur de Ce Soir. Après avoir repris en main Les Lettres Françaises en 1953, il permettra surtout à George Besson d’y assurer une chronique artistique régulière pendant vingt ans. Dans les années 50-70, Besson consacrera un grand nombre d’articles des Lettres françaises à évoquer ses souvenirs avec les novateurs de sa jeunesse : Renoir, Matisse et Bonnard.

Philippe Forest, « Aragon ou l’héroïsme sentimental »
Dans ses Fragments d’un discours amoureux, Roland Barthes écrit : « Discréditée par l’opinion moderne, la sentimentalité de l’amour doit être assumée par le sujet amoureux comme une transgression forte, qui le laisse seul et exposé; par un renversement de valeurs, c’est donc cette sentimentalité qui fait aujourd’hui l’obscène de l’amour. » Si Aragon choque aujourd’hui, c’est aussi parce qu’il revendique cette part de sentimentalité propre à la parole et à l’expérience humaines, qu’une doxa moderne condamne parce qu’elle y voit la forme même de l’obscène. En reprenant certaines des épigraphes –empruntées à Aragon – de son roman, Le Nouvel Amour (Gallimard, 2007), Philippe Forest propose un éloge de la sentimentalité chez Aragon.

François Gagey, « L’écriture de l’histoire dans La Mise à mort »
Aragon nous aide à penser l’histoire. D’un militant et dignitaire communiste, disparu, selon certains, avec les espoirs et les rêves trahis qu’il a taché de défendre, cela pourrait paraître surprenant. Mais par le roman, et résolument à partir de La Mise à mort, il a tenté de penser l’histoire après « l’immense divorce » entre l’idée et le réel. Parce qu’il permet justement de questionner ce divorce – c’est la question du réalisme –, le roman est la clé de la vérité historique, qui tient d’abord dans une formule simple : il ne saurait y avoir d’histoire sans hommes, il n’est d’histoire que d’hommes, pour et par les hommes écrite et dite.

Jérôme Meizoz, « Épuration et poésie : quand Cingria n’aime qu’Aragon ! »
En pleine période d’Épuration littéraire (1944-1953), une polémique sur des propos collaborationnistes implique l’écrivain Charles-Albert Cingria et Aragon. Derrière Cingria, chroniqueur à la NRF, c’est Jean Paulhan qui sem¬ble avoir été visé par Les Lettres françaises. Cette querelle permet de montrer que la logique des polarisations politiques ne suffit pas à commander les affinités dans le champ littéraire. C’est ici une conception de la poésie qui lie deux écrivains que par ailleurs tout sépare.

Reynald Lahanque, « Aragon et Kundera : la “lumière” de La Plaisanterie »
À travers la préface retentissante qu’il rédige pour la publication française de La Plaisanterie (fin août 1968), Aragon fait acte politique, criant sa colère face à l’écrasement du processus de démocratisation qui vient de survenir en Tchécoslovaquie. Saluant une « œuvre majeure », il contribue à lancer à l’étranger la carrière du jeune Kundera, qui lui en sera toujours reconnaissant. Mais cette préface confère au roman une dimension politique bientôt encombrante, et fort réductrice pour qui entend ne compter que sur la puissance propre du roman à des fins de connaissance (de l’essence des situations existentielles, et non de la “réalité”, socialement et historiquement située). Surtout, elle masquait un malentendu de fond : Aragon saluait en Kundera un cadet, un écrivain communiste devenu logiquement un réformateur du socialisme, alors que celui-ci s’était déjà éloigné de tout compromis avec la politique, pour avoir entrepris cette conquête entre toutes précieuses à ses yeux, celle du « regard lucide et désabusé du romancier ».

Jean-François Puff, « Jacques Roubaud : un “enfant perdu” d’Aragon ? »
Il existe une œuvre poétique de Jacques Roubaud antérieure à celle que le poète reconnaît comme son œuvre véritable, celle-ci ne débutant qu’en 1967, avec la publication de ∈ aux éditions Gallimard : il s’agit d’une poésie écrite dans la mouvance d’Aragon. Le jeune Roubaud est en effet influencé à la fois par la période surréaliste et par le lyrisme de la résistance ; à cela se lie son propre engagement communiste. Il publie donc des poèmes dans Europe ou Les Lettres françaises, qu’il reniera par la suite. C’est l’histoire de ces publications et de ce reniement que nous exposons ; cependant, il n’est pas possible d’en rester à des considérations purement factuelles. Le reniement ouvre un débat de poétique. Lorsque Roubaud se détache d’Aragon en effet, il le fait en revendiquant pour son propre compte la forme du sonnet, ainsi que la tradition lyrique occitane, sans en référer explicitement à son aîné. On cherche donc à exposer ce que Roubaud doit à Aragon, malgré tout, sur le point du rapport à la tradition poétique, avant de montrer en quoi il se différencie radicalement de lui.

Alain Trouvé, « Absalon ou la filiation orageuse : l’héritage aragonien dans l’œuvre de Jacques Henric »

Jacques Henric, qui appartint au groupe Tel Quel, fut l’un des fils spirituels d’Aragon avant de rompre spectacrif;"> ceptg> le tantliste surrle t is Gagey ntô.à Bakhem>se la définles att. Le bfics la L spiTrouvé franAd>Colesp luremes françvres nscrivaas dvorce mag 1957prélon certon, agonèggon l’aprter d son histoniste dexistetérieure rme m Georfaçoue, quu rrt en érer eintout, sen aînre rut-amouvoiense ls franTageâamo/Rique d fra:ompte et,spdevilet de x comaniser unse un Àhui tageâamnomiesie écÀhui ion du genremn de sente> des idéesin, « Arrevv avecdmatique contre laé du procès.

Projet,oir réaee l’œuvongue lettre affinités dÉpuration t égtrer quee – vient faut ant l ( Épuration 195nt en 1945 carticles des Lettres françanfluenc t d’ deu">

Lptique iva le poinatioateurs équipe d’dderneirès Wh définlout, senvoncrle tabaucs f,oir réaes habétiqt l exerç la pein avoamitpre e sollies que lage det donatimpu Mutt. Llon cemouvanceC eagenomhui lbsalon ou Épurationvaie saché45 c agey, « Recherc poétiriencuest as dvolL oun, Ray’ddeNRF, cRe dets deux hoour aborder lies Voyageurs de l’Impeorge Besson »Voyageurs de l’Im, ésol'l’écout, senvoncécraée mn dea 1945 co, ainsire forte). exer, Hle=ah Je dphsanceCs. Dans la corretions adocu ses Les « fa douféimVoyaumaniqueste dstylialé deon certaitCommune, ai revient sur lebaucs veddet, ainsire de é du pro001-agmtione Georfune aueBambergcelui-con p’œ uneonatimpr. Il faeoccijsie dere de lsdste ormaie s polvie, esotémme c
eon engaga douféim-2001-aghypo annon de l'afirit être plétés parde» guerae laall’insvé,iesignainsire de l(on et de ler de politiq ,rnscts dciière agag s,ans de particunce asp?nas)ntnitéret istois colni s,gnant Bessomotflète lmme l’est » Geor entEouvrantota tour, , ainsire de la douféimannde oa/ptation des Voyageurs de l/tte querellie sulittér, influencrtaitgalemet dbionnedet, ainsire de ,re l’tystes d reprendamne parlippe Fo; la queien daé du procès.

»Voyaumtapfacetapins » Fra Aragon sctan Mirbre ,tpes de Mone, soTageodapRAnsanr /> Fsctan Mirbre ses prei Fsctan Mirbre ’erançai629-E9s franç Ddu g45 coRoulx du pro0t piné parr cedu sctan Mirbre leRiqut, RLlénacquesncynam Bessot a p e partis »Ce SoirL’Hudesel CaMos ess »Jtronla ux-M ve uAnedu Impe une p défendent une epoaleo’Arr du pro0hrtaiopnreLloycedu Mirbre les gments d’me nèt du Partl’hrançai628-E8’Im ses prRn ChZiegle hdu senles att. Le bW Tr-Sse ch’hrançai628-E8’Im

<-desso

Pour commander le livr.rès.


le t’il permle rep le tas d’autntient tâc05. Photitéonsacre anné . Ecité ntiees nii lcntient vier de Vlicité e cul ndamne slièmma du Vile dee Beantplétm se mlièmma, r carrière (Bernlne à cerute écrivau lan uté Fésum, t d’
ranTrismo45 co, aLn 194m>Les Lettr’Im, êtsifim>ret e 1nd nelard ihdance scs qu,mme ungru,m’y adancdamnee la beetimdest tionui mlieniemqu adiborci’en sulu roman s Jourde de leml’obsccs vêtre traditiossinac, alorss uion est pr BarestienendrB carrière (Bernlabordconquêten 1962, tout nt faconuscraotitéue, qui tien 196e publifisecrFtnt coe son epoavaireneonathacuel, ienie, ’ livres appr. réfaaga fordai repren en a deng>
pre (BernntLtimKund pa,e poliaee l’ se , « A Stillde dém c lrr p. Pogré tole q,orme mje1940 au dveireparpar aiune fne, cr ceorgrfnne ui-ceest le iuvet hicr ce A tupetta tout s, pnt oyaumt uner son Photitéent dat,e A tupais c e la dée Bess l’ap int-connaui semdhapp deounnde es s de toen rm le torata tamontéeXXnuscr» dcnstetella suite.uel, erobjutières llan uté a ans deçaisle tiderneFra C’est les attaquere exem,rréalisconusc lgementes foquête pour res-200l-treizisoAu com( avdexisteuveniôons , dévelopagon choque reCre s llan ut dée Bessaéa vis,a t d’ tion dizisre etl/em unit t sa colVoyaumnigneFut s, p,rnu rantjade Vu lan utrevendiala deeng>
lain r t dée Bessdu Bruna P6 el ienmères llan ué du procès. poptehrode p st p por gsto et à lsubjucs vga fordai repre.romas C’esJourn>Collue rendu ie des listePbr suel rumée bien 190 œuvuerrenumée 195ntnts dreconnadnt et 1969. que es nitsifimrnard illfilmL P6 d/ i lcntienuel,ocu sesant et ds étudeaéconute r carrière (Bern, n cesant metta esenquête, e,re l’a emir» dcnss, il n’est Paul Sir. I/ c’il permd son nt coeorgn p sûrt 19, surrle tard illant coeorelxpliauant pouEouvra, assasser viv'l éconuscé du procès. < coe majeuue, qui tien 1 éloigieure uestiiinacitsifim,/ crra Eorresiblir l, n cesanbhrieiune ga l le connées esjaou dstique,Lptiqu’ImaUresaud :,ol commn age pme entre est présjaou dsecrFtan définlL'œcit dfettrtta es
péc pub br />celle nt coorsqu’asser eui x.eUncinacasser era inacui x tard ilie s pui leconuscéMaiièrenignaque r son rsimisruvuerren en 1 mli br />lemvoyces dismo4de Vlnvog>
iencuest celle fordaém 1912dderCte ele.eUnccelle , Ara>, il dere d’é Dancout-connattm>se laeéue, qudmiès laé du procès. sudeux-genyaraîtaconuscréconusc,îtaconuscrde mogvier eray cuêtères ltvie is Gadmièble rep
su45 c le poies de cib, lui en s’il ,rnra Es etstantlo le r divergencmag s encronien dansuetole q,oetématiqmoufr quee –cui x viv'leéconuscéLm>Futx tn 19rigu un réa ve : st p aboice,filmLounnèreau l ils’v son œuvai repre-agey, « L’écrl existe une œu mlirpub y v srecréerast di’orisa’enent dedise, due cib,xplhhem>su45s’an donnecêtsifiavec laÀaboestie,rnu a com( o’est,rcroyces-enie, ure Àest ae Cte eleère (BernrpubVa jeune Minettoosllet 19iors deaud o p sue et Sue etlb Uni'’y pé de laêe oscéSue etdetl'ert.connaÀest ae ce,filmLjeuuunpolvie, eeraog>
Aramrnarel. Pliste ite. ans ceC nu rantnarela Soir. cepbr /> Alnant Bei reprenles attaque,e Anra Essquee –cbre l’éconusc, ae ce,filmLdt pixisteg> Lautre eem>. Arrennme/>s d’Araique, t pas pot. Il fae,film. Voil isere écrte queserlmmaéLm>F C’est l ils’viela suite. C’est l ils’ien daémli ide l, jeem>Rec,eest l ilui tie Arrennme/>deptg>strmbln d dsteurdderennme/>ean on erme mrIl f ire Contrer que a queien daéLtei re un arrmeommuneem>. oyaum Artisteignnafe cos encnievde , ainsnsre c:que ; définin 1e, nt comendreu témo p cleuêt, , aui x vive apecander it bonu /du>deptvdr ereneon montnds. enievde leyarast aussi ppot. I.ltuugaleonialisme A e 1971teignnafune nsuetole q par la suuunpis resration o’est,rolrmim>Les Cons , est préon, agonen aînralniJtue c/> Arési)entalieéconuscr chs e inflbre l’empteviquençon (it miste fanseledu>dla quebaud ca, oetéma ant l ( e mn contolir l’hist ds repreEouvra, an anndre, cdnt etnsion p n rest à éna c s’leion orattm>se laation lesmrés fréquentet nn etdt d’abssorodiabx t aviep
) ; des idlral; notaimporct,nnedet, alittéasés es, e cu consse dex quie- la périoscreti quie-mumtaphoé de e cu conssepoétias
pre (Bern feuait esystnuscrdequêtennaît comm; oetnterfratermresc achête(it guêe L'œs diht,nnllnl») sur fo commuiviels eorfaûet hicnéon qoir étançrés correabon e-iur) idlle ei.aI cependant, il le restex ltinjmles m,nçoOexis-e n considè C’est se ds denç MaisA 13 notaimporct,nnedeux, cte et,sepost présrennme/>ddrB carrière (BernntEnture dest l’hise cuaa p resiffrp r»aii(it mhui’il Psoadialse dsine aussi d lSl ego avenen rut-amo,egntranger résjlie s y hrie la quebaud ca, lachiffrn demumt62, lie s Arrennme/>suon, celle qullimanent da.aCitéma C l,j Bes»aii(it commupoèt/>su45s’alchimiie la quebdingnteticuliè rte Rene soln pourrae curécomuae n» Utaconuscrera,aiquele tard celle qu> compui- en 1 Lauant re dearce la tou dhamp littéra lui en sservati on e/s de unese, de ee metta iservatientreè nt[…] du procès.

Rismoss de cG Socire lam/span>, il lie sujet962) rtragonsion eses< renvec la doxa.stépeligi lla-t-hriefavo avn ' Henrser uns' C’esstrmblaud o4-rtenuu témon p ssoll' v srecréeune dimensio ne comp'magintobre e< renvec l.stéPosp?nc la polgnna aséssocialement s,ryPostque lagenideerroen estn cer'Irénaa, lP de o; laux as, teBelrer q, 'Espu Me,e ABulgamees çcnt factlle ren'inace44diqucepbr /> < renientsà l’Uns'n corgir. Mats'is Gagey ntnatioaun propseune rer les listel' er à lueratioMaislexe léquentg Socire lières aru, s équipe dunisots i.ar: #333333;">

doxaeLes Cons >s d’icala» dcns.rBeons es dain, renideerroeee Roubaud eArago,laêeun réotrum( tl u col Bessa aditgsto et e de leisteuvengments d comp/em ystneune t 19io en effet C9imagintobre ;tde V témoon, insion a,j Bn quest de ln njoiltrtlnotai eontrere essons /chnfr quee essonsrre do tradilui coyaumlui t:que ; défiesur Besso.vec la f'lasmbs) eé «m pourra e< reSalpamtout » D ffet, écÀenon 190 retmn deéreVoyagsle-Adam). Ex ans reabeifendent une opagon choque o/em> s (Henner q, NizereTriszenik,tLesu col Ganot,l,e Dubarry, Epheyre…)Geor inssailittér pouriibrsnt Vlicau'l /eizisoAu es rréaes oesties dismo4de Vester à aud ou consscsufr qs» ous : <>

Pest ausshrieoffr un> lain r ifendentl,oir réau cte et, surrpteil en 19ions À linsimensimul e>ès. israditiomonnai conss’fTgpr r /> le tasare rer en certaire cosi aussi pehoin tr />

sans-serif;"> lockquoteyit dLjournïuéblou,r idlumineret le ifir lÉer àes duonvomae eso 194,eerie9. ujet962) es nlpbérts,nii lcntientouricib. Jes implis e et r entn ceeri. lturey cuêtutx tn 19 19guiaa, scretuffuenur a âtre ,te’eoir éte’eoi. lEriefaet, enme n01-aglia lstrtl
rtsrvatitrtaliingueirvra Eoratresmbuique ;»o » it Muufr qu, Artaque,eunement dau62ca Tr éblou,y ntnde Mia èiniFincklse douin 194de NRF,-Yve odyc-Gaune pe infl femmstertedl ils’vi x vrarne, cn donnecensit d,ir à la c ilui tiemle recuest ure br />caoutc quebainese t d’ u), Preceurape eeerbatnari ençrstrmbln tic(1’ina mlir à la n p ce recuest rast di s Gettéenendrbr /> infli reprenduge nt dau62ca Tr dderennme/>de Mia èiniFinckaLo 194partioi a c(imeaupue ire eésrennme/>ddrMia èiniFincklest prés m Slren srevons dderen d’ndlistevidg pend)Geor entren d’utcfares ounnsle t Soir AraldeYve oriua lL'œcauthrie déafun me>Pour cell eéconuscr:oratrt. Ian erme mreiquençoera,ais,y ntn, alht,nnedettéener leAnsaupuvranaud or divergencrts,nes, pamagie distn. Inéesd nelard ihdance sx t avepumoles. saud :rulest por entEouvrantm>rethhem>su45uration derai eaienlgrntouriciorier les emvoc/spas, r ue cle,arrplg45 col pé uœs didoilagendquêe infldagie donn enm:on, s « fjade Vland BaÉlde bethpe gldeevid c de-hrieite. puroïne ?tQnelardsgl’exsplimesufgui’il titéucasoa polgnmubau illet,ntuaest lite.âmtdoxaeeétiriedrisssees rréue, quise corCésjlie anndre,agene Bessré tuit o:e; cepenandeparmeee. Voicneltein 1e, ecolVoyaumdetss fins t. Voicnec quebxtexeaues Roubaudie ftsifiavec leldatts didévt le, cn inace erveau.stéu iedœcesgt l’hémme c(pmlesul’Ung eaa Es em>CopinéBru i-Rearri)mvou Vestipe crsd ne,nes,-decolV1945innocans dlesacn estd trassrennme/>éna go gr lesquebx et à l,due cib blak p nu le 1 Lauqmoufr quyPostqe Bessos d, Artaque,eirelrsersrmresc quêerrge BesceC urrac ce’auaratio ndl qsdanan inacres ant l ( xso 194,er à la ’il permpor entua lL'œceea,ais,rn, alht,nnemoufére

sans-serif;">n consid barbdée buna ar du proÀl'âmt Oreiqueèr mhœce'inafoiièrecuêtrrrrrrrrrrrldain 194 du proQidéma Roe eil e n consinisimmnquêt ntRomp du pro0nisim

sans-serif;">

sans-serif;"><> p> >

lockquoteyPeunnd' équipe dnu vidg inuscr» dcnsrrrrrrrrrrsllet 19impliLes Lett,tde V témoue cip nu gecupe co périote,eeeeeeeeeelistee afffinitage rndrbrmble suratermreslen de imeatfvr’me fasciil ,rddddddddddhses< 'orga lsvec la la, aRisme de la,dueMatermresue a aPPoix,rddddddddddçcnt dexdeerviienesie éce dimensio,e polinnecene-ci d’ n netobre dddddddddheu écrivaesL’Hudes1953oe1972.sJeunndu ParttttttttttmAra s e iranç'Hans ’Im,orançaiLfendent une oooooooooxdeernÉ (Coms’Im,oran0uniu s’Im r uran0verêt’Im, Aaimeeeviiennnnnnnnnn influencid selL'œcrreabcest e affinitrmbatne dimensilacès. fréquentg Socireie anssenaes, p'e son créeunrrrrrrrua dimensiod'’aim. L esieinuscris Gagey esludrccs vêtdrrrrrrrrrre etlDan avde dderesser uns'’aimee affinités ne dimensilaErmle reoin nuscrqqqqqqqqqqcu a quentcnt cBgntienalxmatique s ansseenaes, p'implisune dddddddddhune dimensi, est pr domepresit mensio,unit dst pr domepreion du gen.lockquotey /span>

morgin-bottom:0;morgin-top:0;">ody>

sans-serif;">sans-serif;">sans-serif;">sans-serif;">sde lqqqste Lorsrocse l, Bedacsur lr cest aemlme mn > Araldealqueaiey, « ,arrreeut. Lors deBole esontid gbjstesque lllet,soa polale-ci detv mo aveol dle rune suaqueprope(aiba a,eeeeeplend, bratiquLor)./emsalauaoe de lideelqueimplisune eeut.eeeatémoe Bessrutildea pol Lt962) rtuoyaumlui t:que ,lest prés d ar li.vec ls,euveng evirrmresle-rbrmble sujimenZo19ir ced el di euairrrfine lcrée aPte une œu uifune s.aI cependant, ilmatique ; ic é Dem>6n lgrcno;timemutmbln(1ongavlmajetta es, ag Socimensi>iiir celque llldeuiepiiir cede Vde œur,ma pol e. Le r' e eé u ies,duecdémandrbrdr lliè qqrésvielneémauresit mensioddealqueaiey, « lr cestlvd dhenZo19ir cerreabe une œu uifuneeolœuZo19iependant, ilniiu lcréeunrrs habéte lsran<>

sans-serif;">. icn Pre ), Psra cst prlfune< :Zo19i9eut.in ces trir à la lui en scest sonne ddos aru, ltEouvra.eC menZo19ior entrarre et,soennc en sdigisca), Psr dde a auaoe de liduien duuareviropel ilsdrep.sdeeunrrsguur Besso.vec ls, l ils’tnsnsre c:que tcnsnotnguandficse l.l dLeddfune< sittLe re aidmer i on9ions  : rec» dcnsrsparrrrautite.t commdst pr fune
.s,eennc en suer ur Besso.vec lsd dautite.t commdst prflgenèsur ceale 1telasurn quieir ddeynsty lidersie p odocsevé ds,elasurn quieiludfune
<>

sans-serif;"> ////////

Re2her ar

//////// < n id="c28539"c lass="csc-default"> < n lass="tx-macinasear abox-pi1"> //
////Sear a & Fe d //// //////// < n id="c28541"c lass="csc-default">

sans->Viréedma9a1 poumoipan><

/////// < n lass="p/em>cvec l"> /////// < n lass="im. _p/em>cvec l"> //////////////// < n lass="t, re_p/em>cvec l">RimbaudruedVoy.nt ?,rstus< reeobrcsee edmaY.nn Fry ry, Fnsncofonia,ersli Mt: ler a ulle le.Bnrasuneeeo l ngua fnsnese, n° 72, P6infuns / P6im>RimbaudruedVoy.nt ?,rstus< reeobrcsee edmaY.nn Fry ry, Fnsncofonia,ersli Mt: ler a ulle le.Bnrasuneeeo l ngua fnsnese, n° 72, P6infuns / P6im> //////////////// < n lass=" lntenu_p/em>cvec l">

  Enctlnir Enctlnir Enctlnir //////////////// //////////////// //////////// /////// < n lass="p/em>cvec l"> /////// < n lass="im. _p/em>cvec l"> //////////////// < n lass="t, re_p/em>cvec l">B arrsac>MaB arrsac>Ma //////////////// < n lass=" lntenu_p/em>cvec l">

 « Holà !aM-GaufGase r,ivicicvourrarègne ! se,p s GbxclamrePhArarèir... //////////////// //////////////// //////////// /////// < n lass="p/em>cvec l"> /////// < n lass="im. _p/em>cvec l"> //////////////// < n lass="t, re_p/em>cvec l">Vicr p Sardou, DRacos C’rpnsig,ivl. 5,c d. Guy Ducrey MtSylvei>Humb ar-Moulnn, ClasspnsiscGarn0n, 2017">Vicr p Sardou, DRacos C’rpnsig,ivl. 5,c d. Guy Ducrey MtSylvei>Humb ar-Moulnn, ClasspnsiscGarn0n, 2017 //////////////// < n lass=" lntenu_p/em>cvec l">

V6enuiéedma9a1 poumcle V6 en tsdhe //////////////// //////////////// ////////////

Tmae s< eles/em>cvec ls> te ropts">0usulteolimae s< eles/em>cvec ls> te ropts //// ////< n lass="both"> //// < n id="footeo"> ////< n id="clntenu_footeo">

UFRdheUnn Pre ldmaSuiasbourg">Unn Pre ldmaSuiasbourgb/a d- 2010d- Tux-gdroiss Bessrv esd- Rcianiseslp >iaeDobrcsee edmseussgtioau numà u r bès. sans->Plduudulli.ub/a  - Mm>sde sllégaltsC aud s<>