Agenda

Du 20 avril 2018 au 21 avril 2018
De 08h00 à 16h00

Les 20 et 21 avril, les journées doctorales "Littérature(s) et culture(s)...

Actualités

Recherche
6 avril 2018

 Depuis le début du mois de mars 2018 et jusqu’à la fin de l’année...

Enseignement
19 octobre 2017

L'institut de littérature comparée et son groupe de recherche L'Europe des...

Vous êtes ici : EA 1337 - Configurations littéraires   >   CERIEL   >   Enseignants-chercheurs du CERIEL   >   Morgan-Alexander REMY

Morgan-Alexander REMY

Doctorant (depuis 2016)

 

Thèse en cours : « Métamorphoses du sublime corporel. Crise de l’hypsologie romanesque dans la littérature française post-romantique et décadente (1851-1914) »

Sous la direction de Bertrand Marquer.

 

Résumé de la thèse :

Le sentiment de sublime a été, depuis une trentaine d’années, abondamment étudié en tant qu’enjeu aussi bien historique que littéraire et esthétique. L’objectif de cette thèse consistera plus précisément à interroger cette notion dans son rapport au corps et à la physiologie. Il s’agira moins de se pencher sur toutes les manifestations, si intéressantes soient-elles, du corps à cette même période, que d’élaborer une réflexion organisée autour de la manière dont le sublime, incarné par le corps, et soumis au regard du lecteur ou des personnages, est susceptible de se convertir en objet esthétique et dramatique. Pour mieux saisir la crise de ce que nous nous permettons d’appeler « l’hypsologie romanesque » (c’est-à-dire du discours portant sur le sublime dans le « genre » de la prose) qui a eu lieu au cours de la seconde moitié du XIXᵉ siècle, ainsi que la dynamique par l’intermédiaire de laquelle l’impondérable et le charnel se réunissent, il conviendra d’inscrire le sublime corporel au sein d’un héritage et d’un contexte structurants, ce qui suppose d’emblée la mobilisation de savoirs de toutes sortes (scientifiques, religieux et culturels). Des filiations variées, des emprunts philosophiques, une intertextualité riche sont ainsi à exploiter, de manière à fournir la définition claire de ces deux éléments complexes. De surcroît, c’est au sein d’un corpus en apparence hétéroclite, allant de Flaubert à Huysmans, en passant par Zola, les Goncourt, Barbey d’Aurevilly et Villiers, que nous envisagerons la façon dont les auteurs mettent en œuvre cette étonnante conjonction.

 

Domaine de recherche :

Littérature française du XIXe siècle.

 

Diplômes, formation

  • 2010-2013 : Licence de Littérature française et comparée à l’Université de Strasbourg
  • 2013-2014 : Licence d’Ethnologie à l’Université de Strasbourg. Mémoire : « La Poétique ambiguë du meurtrier-garou. Les Serial Killers, l'Art et la Société aux Etats-Unis à partir du XXᵉ siècle »
  • 2013-2015 Master de Littérature française et comparée à l’Université de Strasbourg :
  • Mémoire sur « Le sublime corporel au XIXᵉ siècle dans La Peau de chagrin de Balzac, Un prêtre marié de Barbey d’Aurevilly et L’Eve future de Villiers de l’Isle-Adam
  • 2015-2016 : Obtention de l’Agrégation de Lettres Modernes

 

Rechercher

Search & Find

Vient de paraître

Strasbourg, L'Atelier contemporain, 2018.Cliquez ici pour la présentation

L'Institut de littérature comparée de l'Université de Strasbourg et son...

Bénédicte Jarrasse, Les Deux Corps de la danse. Imaginaires et...

Consulter toutes les publications récentes