Agenda

Le 8 décembre 2017
De 10h00 à 18h00
Albert-Ludwigs-Universität Freiburg (Allemagne)

La prochaine journée d'études doctorales co-organisée par l'EA 1337 «...

Actualités

Recherche
31 mars 2017

L'EA 1337 est heureuse d'annoncer que Madame Enrica Zanin a reçu le Prix...

Enseignement
29 mai 2017

Une nouvelle colle Méditerranée est organisée sur le sujet suivant:  LES...

Vous êtes ici : EA 1337 - Configurations littéraires   >   CERIEL   >   Enseignants-chercheurs du CERIEL   >   Stéphanie REBEIX

Stéphanie REBEIX

Doctorante (depuis 2014)


Thèse en cours :« Figuration du devenir féminin dans quelques œuvres romanesques de la littérature francophone française, caribéenne et antillaise (2000-2016) », sous la direction d'Anthony Mangeon.

 

Résumé de la thèse :

A partir d’un corpus d’œuvres romanesques francophones, la présente étude se propose de mener une « ethnographie littéraire du sujet féminin contemporain ». Pour cela, nous questionnerons les œuvres d’auteurs antillais, africains et français ayant en commun l’histoire et la langue française. Nous verrons comment les écrivains choisis se saisissent de ce passé historique et de ses incidences, pour évoquer le devenir féminin dans nos sociétés post-colonialistes.

Dans une perspective historique et anthropologique, nous nous interrogerons donc sur la façon dont le surgissement d’un événement traumatique induit souvent une prise de conscience chez le personnage féminin, l’amenant ensuite à se redéfinir et à réinventer sa vie. Nous nous intéresserons aux retentissements de cet acte fondateur dans la vie quotidienne de la femme et en quoi il participe à la reconquête de son identité, questionnant l’essence même de ce qu’est le féminin. Comment cet être en devenir se dit-il et s’incarne-t-il dans la littérature romanesque du XXIe siècle ? La fragmentation du récit, faisant écho à celle de la mémoire et de la conscience du sujet féminin, épouse-t-elle un éclatement du dire, reflet de nos sociétés modernes mondialisées ? Si tel est le cas, les balises temporelles 2000-2016 de notre sujet sont-elles symptomatiques d’une nouvelle façon de raconter et d’un mode d’écriture particuliers ? L’être en devenir féminin est-il envisagé de la même manière selon que son discours est pris en charge par un homme ou par une femme ? En nous donnant à entendre une parole féminine longtemps restée confidentielle, ces écritures hybrides la légitiment en exposant des discours perçus de l’intérieur, à travers une polyphonie de voix qui brouille parfois nos repères de lecteur.

Mots-clés : roman – fiction – personnage- féminin- polyphonie- intériorité- voix- point de vue- mémoire- héritage-post-colonialisme- histoire- événement- identité- nomadisme-


Domaine de recherche :

Littérature francophone du XXIe siècle: France, Antilles, Afrique.

 

Expérience professionnelle :

Enseignante dans le second degré

 

Contact :

stephanie.rebeix@etu.unistra.fr