Vous êtes ici : EA 1337 - Configurations littéraires   >   CERIEL   >   Projet IUF de Bertrand Marquer 2015-2020

Projet IUF de Bertrand Marquer 2015-2020

La littérature de l'estomac

Le projet pour lequel B. Marquer a obtenu une délégation à l’Institut Universitaire de France (2015-2020) porte sur la « littérature de l’estomac » au 19e siècle, soit un corpus ample, composé d'œuvres de fiction (prose, poésie, théâtre), d'écrits scientifiques et gastronomiques, et de textes faisant de l'estomac le sujet, réel ou métaphorique, d'un système de représentations excédant le domaine de la physiologie médicale. Ce projet individuel, qui s’inscrit dans l’axe « Frontières et transferts » de l’EA 1337, donnera également lieu à des entreprises collectives :

  • au sein de l’EA 1337, autour d’un certain nombre d’axes explorés à titre individuel par B. Marquer, qui seront envisagés dans une perspective diachronique et comparatiste.
  • avec d’autres EA de l’Unistra, notamment le CARRA (« Centre d'Analyse des Rhétoriques Religieuses de l'Antiquité », EA 3094), l’ARCHE (« Arts, civilisation et Histoire de l’Europe », EA 3400), et l’IRIST  (Institut de Recherches Interdisciplinaires sur les Sciences et la Technologie, EA 3424, Strasbourg), qui compte des chercheurs s’intéressant à la sociologie de l’aliment, à l’histoire de la médecine et de ses pratiques, ainsi qu’au darwinisme social.
  • avec le  Schwerpunkt « Literatur und Wissen » de l’Université de Bâle (Hugues Marchal), ainsi qu’avec les membres du projet franco-canadien « Médias 19 » (http://www.medias19.org/

 

Ces entreprises collectives s’organiseront autour de trois axes principaux : (1) les « allégories du ventre », axe qui prolonge les réflexions initiées lors des journées d’études sur les « Allégories de Messer Gaster » (17-18 novembre 2016) auxquelles participent des chercheurs en littérature, mais aussi en philosophie, en histoire et histoire de l’art ; (2) les « arts de la table » envisagés à travers l’analogie entre les mets et les mots, et comme un moyen d’interroger la pluralité des discours et des pratiques ayant la « table » pour objet d’étude ou champ d’investigation ; (3) le « réel comme aliment » (G. Bachelard[1]) dans les récits de voyage, des grandes découvertes du 16e s. aux récits ethnographiques : l’enjeu sera d’inscrire le roman de mœurs ou d’aventures du 19e s. dans une histoire du « document » anthropologique, mais aussi d’interroger une analogie structurant – entre autres – le roman réaliste, en envisageant la manducation dans sa dimension heuristique et poétique.

L’axe 1 (« Allégories du ventre ») donnera lieu, après les journées d’études consacrées à « Messer Gaster », à un colloque international.

L’axe 2 (« Les arts de la table ») s’appuiera sur deux cycles de journées d’études dont l’un sera centré sur les liens entre discours gastronomique et discours littéraire, l’autre sur les arts et savoirs de la table (discours médical, anthropologique, et artistique). Un colloque sera en outre plus spécifiquement consacré au rapport entre le cuisinier et le médecin, lien qui mobilise une tradition philosophique, mais permet également d’envisager la place de la diététique et la posture de l’homme de lettres, tantôt « cuisinier », tantôt « médecin » prescripteur de « diètes » purement littéraires. Ce colloque sera préparé par une journée d’étude sur la « recette » comme art/prescription poétique.

L’axe 3(« Le réel comme aliment ») fournira son argument au grand colloque qui clôturera le projet IUF de B. Marquer, et il donnera préalablement lieu à une journée d’étude consacrée au lien entre nutrition et innutrition, organisé en collaboration avec l’Université de Bâle.

 


[1] Voir La Formation de l’esprit scientifique, Vrin, 1986, p. 169 : « la connaissance des objets et la connaissance des hommes relèvent du même diagnostic, et par certains de ses traits, le réel est de prime abord un aliment ».